Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !

Mentions légales

Vie quotidienne

10 règles d'or pour mieux dialoguer avec votre enfant

3-6 ans
10 règles d'or pour mieux dialoguer avec votre enfant

Il est parfois complexe de créer un climat d'obéissance avec votre enfant sans y laisser quelques plumes. En effet, définir un cadre et des règles de fonctionnement ne suffit pas toujours à ce qu’ils soient respectés, en tout temps et en tous lieux. Il convient donc de rester ouvert, patient et d’être efficace dans votre communication au quotidien. C'est pourquoi la coach professionnelle Stéphanie Damou-Sabry vous aide en vous proposant 10 solutions pour améliorer l'échange entre vous et votre enfant.

Les 10 règles d’or à respecter pour favoriser le dialogue entre votre enfant et vous.

1.  Répétez et anticipez

On dit souvent que la répétition est la base de la pédagogie. Comme le temps d’intégration des règles de vie peut être long, il vous faudra très certainement répéter un certain nombre de fois ce qui a été convenu avec votre enfant, surtout si celui-ci est jeune (moins de 6 ans). Il pourra être notamment judicieux de les rappeler en amont de l’action concernée.

2.  Soyez bref

Un mot vaut mieux qu’un long discours. Au lieu de dire : « Noé, nous avions établi que dès que tu aurais terminé ton repas, tu irais mettre ton pyjama et te laver tes dents », dites simplement « pyjama » … L’information essentielle sera ainsi plus facilement entendue par votre enfant, et en plus vous gagnerez en temps, en énergie et en salive !

3.  Interrogez votre enfant

Lorsque vous faites une demande, vérifiez dans l’instant si votre demande a été claire, comment votre message a été reçu, en utilisant le questionnement ouvert en « qu’» : « Qu’as-tu entendu ? » ; « Qu’as-tu compris ? » ; « Que t’ai-je demandé ? » Rappelez-vous que lorsque votre enfant est en capacité de faire quelque chose, il y a de grandes chances qu’il le fasse. S’il ne le fait pas, c’est que, probablement, il ne peut pas. Peut-être qu’il ne sait pas comment faire ? Ou qu’il ne sait pas par où commencer ?

4.  Reformulez

Pour être certain d’avoir bien compris les réponses de votre enfant, vous pouvez reformuler ses propos, avec vos propres mots, ou en reprenant les siens : « Si j’ai bien compris, tu n’as pas débarrassé la table ce matin après ton petit déjeuner, parce que tu étais en retard, c’est bien cela ? ». Et ensuite, vous pouvez poursuivre la discussion pour voir comment il va faire la prochaine fois afin que son engagement à respecter les règles convenues ensemble soit bien présent.

5.  Expliquez, donnez des informations

Dans certains cas, il s’avérera peut-être nécessaire de donner davantage d’explications ou d‘informations : « Quand tu montes dans la voiture, il est nécessaire que tu mettes ta ceinture de sécurité pour qu’elle te maintienne sur ton siège, et t’empêche de venir taper ta tête contre le siège de devant en cas de freinage brusque ». Attention, donner des informations est à distinguer de donner des conseils, ou moraliser. Pensez également à être simple et concis dans vos propos  

6.  Assurez-vous que votre enfant est en situation de vous écouter

Ayez bien conscience que si votre enfant est absorbé dans une activité quelle qu’elle soit (jeu, lecture, écran…), il ne vous entend pas de prime abord. Les enfants ont une telle faculté de concentration naturelle sur leur jeu qu’ils sont véritablement absorbés et donc peu disponibles aux sollicitations externes.

7.  Donnez de l’espace à votre enfant pour qu’il s’exprime

Chaque enfant a une faculté plus ou moins importante à la communication orale. Certains sont à l’aise et se confient facilement, notamment lorsque quelque chose les dérange ; d’autres préfèrent rester en retrait et silencieux. Quelles que soient les préférences de votre enfant, nous vous invitons à proposer et à susciter le dialogue sur la manière dont il voit le cadre que vous avez instauré ensemble et les règles qui ont été posées.

8.  Maintenez votre positionnement

Rester ouvert au dialogue ne veut pas dire tout remettre en question et tout changer ! Vous pouvez entendre et reconnaître le désir de votre enfant mais maintenir votre position lorsque vous estimez que le comportement de votre enfant n'est pas acceptable car il se met en danger par exemple.

9.  Utilisez la Communication Non Violente (CNV) pour vous exprimer

Afin de favoriser une communication harmonieuse, nous vous invitons à suivre les 4 étapes de la CNV, élaborées par Marshall B. Rosenberg dans Les mots sont des fenêtres :

  • Observations des faits : « Lorsque je vois que tu n’as pas fait tes devoirs, alors que nous avions établi ensemble qu’ils seraient faits pour 18 heures au plus tard…
  • Sentiments : … je me sens agacé(e), et non écouté(e)…
  • Besoins : … parce que j’ai besoin de respect des engagements et de confiance.
  • Demande claire : Je souhaiterais que l’on revoie ce principe établi ensemble et comment faire pour qu’il soit respecté. Serais-tu d’accord de… »

10.  Ayez une parole impeccable

Les mots sont très forts et polysémiques. Mesurez le choix de vos mots et vérifiez que vous avez été compris. Les enfants sont très sensibles à ce que leur disent leurs parents, personnes qu’ils aiment le plus et qui font figure de modèles pour eux.

Il y a tant de règles et de contraintes qu’il est essentiel de laisser des espaces de liberté, de choix, de décisions aux enfants. Pour vous y aider, la coach professionnelle Stéphanie Damou-Sabry vous donne 10 clés faciles à mettre en œuvre dans son ouvrage « L’obéissance sans cri ni punition » (Editions Hatier).

 

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR - Stéphanie DAMOU-SABRY

Stéphanie Damou-Sabry est coach professionnelle depuis plus de 12 ans. Spécialisée dans le coaching parental, elle propose régulièrement des ateliers pour avancer ensemble sur le chemin riche de la parentalité.

Partager