Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !

Mentions légales

Développement de l'enfant

3 règles d'or du parent magicien

6-10 ans
3 règles d'or du parent magicien

Un parent magicien est dans l’intention d’apporter du meilleur à son enfant, et même « le meilleur du meilleur »… Parfois, cela débute par une exploration de sa propre créativité. Les rêves éveillés sont un bon moyen de partager une expérience sensorielle, de découvrir ses propres ressources internes et de développer celles de son enfant.

Voici trois règles d'or pour vous aider à devenir un parent magicien !

Règle n° 1 : Se fier à l’intention positive

Pour devenir un parent magicien conscient, il est primordial de savoir que le cerveau humain, qu’il soit celui d’un enfant ou celui d’un adulte, fait toujours du mieux qu’il peut en fonction des informations dont il dispose afin de remplir une « mission » supérieure à toutes les autres : répondre aux besoins naturels qui régissent la survie de l’individu (sa santé au sens large du terme) et la reproduction de l’espèce dans des conditions optimales, en se basant sur le principe de l’interdépendance des individus entre eux.

Cela signifie entre autres que jamais aucun être humain ne fait quoi que ce soit qui ne soit mû par une intention positive pour son inconscient et ce même si le mental, qu’on appelle aussi l’ego, peut l’interpréter de manière distordue.

Savoir cela est primordial car c’est précisément ce postulat de base (qu’on appelle « l’intention positive ») qui régit toute la confiance que les thérapeutes magiciens, mettons dans la relation privilégiée que notre pratique nourrit avec l’inconscient de la personne. Et c’est précisément cette confiance qui fait de l’inconscient un allié du soin si efficace.

Règle n° 2 : Respecter l’intelligence émotionnelle

Pour évaluer au mieux la pertinence d’une expérience au regard de l’intention positive, le cerveau dispose d’un « baromètre » d’une précision inégalable qui renseigne la conscience sur ce qui est juste : le ressenti.

Le ressenti est produit par les sensations et par les émotions. Le baromètre du ressenti va de la douleur (avec des niveaux d’intensité échelonnés) au bien-être (avec des niveaux d’intensité échelonnés).

C’est de cette manière que la conscience apprend progressivement à évaluer si quelque chose est bon pour soi ou pas. Le cerveau humain tend toujours à rechercher le bien-être.

C’est ainsi que, par exemple, la manipulation émotionnelle permet à des fins commerciales (ou politique, ou éducative…) de faire faire à des gens des choses qu’ils ne voudraient pas faire si l’on ne provoquait pas chez eux des émotions qui réclament une action visant à retrouver le bien-être initial. Cette manipulation est condamnable car elle ne vise évidemment pas le bien de l’autre mais son exploitation.

Provoquer des changements comportementaux en suscitant de la douleur émotionnelle (par la menace, la culpabilisation, la jalousie, le chantage, etc.) est non seulement moralement indéfendable mais également toxique pour le cerveau qui se trouve ainsi démuni de son fonctionnement naturel et conditionné à rechercher le soulagement de la douleur plutôt que le bien-être.

Règle n° 3 : Être d’une bienveillance à toute épreuve

C’est pourquoi la troisième règle à suivre pour devenir un parent magicien efficace, est basée sur un principe incontournable : celui de la bienveillance.

Le terme est un peu galvaudé par une cuisine médiatique aromatisée à toutes les sauces et dont on finit par se sentir écœuré à force d’en manger à longueur de publications ! Pourtant, la bienveillance est un principe précieux et bien plus rare dans les faits que le nombre de fois où le terme est essoré par la presse.

Il s’agit littéralement de veiller au bien-être, c’est-à-dire de s’assurer que chaque action que ce que l’on produit fait du bien. Et l’on ne peut pas faire mal à quelqu’un pour lui faire du bien. Donc, on ne peut pas user de manipulation émotionnelle douloureuse pour obtenir quelque chose d’une autre personne, que cette personne soit un enfant ou un adulte, et ce même si ce que l’on recherche est considéré comme utile, nécessaire, indispensable : on doit obtenir ce que l’on souhaite en s’assurant toujours que le chemin pour y parvenir respecte le ressenti exprimé par la personne et son consentement.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à découvrir le dernier ouvrage de Laurence Dudek :

CET ARTICLE A ETE ECRIT PAR - Laurence DUDEK

Laurence Dudek est psychothérapeute, praticienne en PNL et en Hypnose Ericksonienne et psychopédagogue. Grâce à ce double champ de compétences, elle a développé par la pratique une approche personnelle de l'accompagnement familial.

Partager