Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !

Mentions légales

Développement de l'enfant

Apprivoiser nos émotions face à celles de nos enfants

0-3 ans
Apprivoiser nos émotions face à celles de nos enfants

La co-éducation émotionnelle, c’est accompagner les enfants et adolescents de manière à leur permettre de comprendre et utiliser leurs émotions au service d’une vie saine (envers eux-mêmes et les autres) et en bonne santé (mentale et physique). Cette éducation s’oppose à la répression émotionnelle qu’on identifie avec des phrases du type « Arrête de pleurer » ou « C’est pas grave ».

Pour apprivoiser nos émotions face à celles de nos enfants, nous pouvons apprendre à reconnaître en nous-mêmes les signes annonçant une émotion vive à partir des 5 dimensions des émotions.

1. Ce que nous ressentons dans le corps en restant en contact avec les sensations sans nous laisser submerger : « Oui, ça fait… dans mon corps » ; « Je sens que c’est serré dans ma gorge / que mes muscles se contractent / que mon coeur bat plus vite / que ma respiration est saccadée … » ; « J’éprouve… là, en ce moment. Oui, c’est ça ».

2. Ce que nous nous disons en identifiant le discours interne et les ruminations mentales du type : « Il est impossible » ; « C’est toujours la même chose avec lui », « Qu’est-ce que j’ai fait de travers pour qu’il fasse des crises comme ça », « J’en peux plus d’elle, elle est infernale » ; « Je suis le pire parent du monde. »

3. La nature de l’émotion en s’appuyant sur le vocabulaire des émotions primaires (la colère, la peur, la tristesse, la joie, le dégoût et la surprise).

4. Son intensité en utilisant une échelle de 1 à 10 par exemple, ou un code couleur : vert/orange/rouge.

5. Les tendances à l’action en accueillant les envies, ce qui ne veut pas dire passer à l’action ni être une personne mauvaise : « Oui, c’est vrai, j’ai envie de tout laisser en plan et de partir très loin » ; « Oui, je sens monter en moi une énorme vague de violence, j’ai envie de hurler sur mes enfants » ; « Oui, j’ai envie de pleurer toutes les larmes de mon corps, tellement je me sens impuissant. ».

L’idée est d’accueillir ce premier temps d’émergence de l’émotion pour ce qu’il est : un système d’alerte efficace sur des besoins non satisfaits, sur des valeurs non respectées et sur des limites personnelles dépassées. Se souvenir que les émotions sont comme des vagues qui finissent par passer évite d’être englouti par une colère destructrice, tout en restant au contact de ce qui est touché en nous afin de transformer ce qui ne nous convient pas.

Réguler les émotions quand on se sent basculer dans la violence

Il peut se révéler nécessaire de trouver des stratégies de régulation émotionnelle pour se calmer et éviter de passer de la colère à la violence. Nous pouvons nous accorder 1 ou 2 minutes avant de réagir face à un enfant qui suscite en nous des réactions émotionnelles vives, sans pour autant exiger de nous-mêmes un impossible stoïcisme. Par exemple, on peut respirer, faire quelques pas, se masser les yeux ou les tempes, se passer de l’eau sur le visage, boire un verre d’eau fraîche, serrer très fort les poings et les desserrer en ressentant la contraction, puis la décontraction.

 

C’est faire preuve d’intelligence émotionnelle que de se donner un temps de pause en disant aux enfants : « Je suis beaucoup trop fâché pour parler tout de suite ! On en reparlera plus tard ! » Ou : « J’ai besoin de quelques minutes pour répondre, je suis trop en colère pour l’instant. »

Selon ce qui est possible, ce temps de pause peut prendre la forme d’une décharge physique (taper des pieds, pousser fort contre un mur, pétrir une pâte à pain ou à pizza, se décharger par plusieurs expirations profondes…), d’une balade dehors seul, d’un retrait dans la chambre pour crier dans un coussin, d’une pause dans les toilettes pour pleurer, d’un câlin au chien ou de caresses au chat.

Il est aussi possible de s’installer confortablement sur le canapé et de commencer à lire à voix haute une histoire en espérant que les enfants nous rejoignent pour un temps ensemble de reconnexion.

Ce type de réaction apprend quelque chose d’important aux enfants à propos des émotions : la colère est un état temporaire et n’est pas synonyme de violence. Par notre exemple, ils apprennent également que les conflits ne peuvent pas être résolus dans le feu de l’action (quand on est dans le rouge), mais peuvent l’être quand des conditions plus calmes sont revenues (quand on est dans le vert).

Pour en savoir plus sur la co-éducation émotionnelle, découvrez le nouveau livre de Caroline Jambon, la célèbre blogueuse sur Apprendre à éduquer.

CET ARTICLE A ÉTÉ ECRIT PAR - Caroline JAMBON

Après avoir enseigné, Caroline Jambon a créé en 2014 les blogs apprendreaeduquer.fr et apprendre-reviser-memoriser.fr. Elle y partage avec ses lecteurs sa passion pour la bientraitance éducative et la connaissance de soi.

Partager