Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !

Mentions légales

Développement de l'enfant

Échapper aux colères de mon enfant : un doux rêve ?

0-3 ans
Échapper aux colères de mon enfant : un doux rêve ?

Autant le savoir, la colère de l’enfant est inévitable … dans un premier temps ! La force des émotions, la puissance des besoins, dépassent de loin les capacités de contrôle d’un cerveau enfantin en formation. Cris, pleurs, gestes désordonnés, coups, mots blessants … ne sont que l’extériorisation d’un phénomène bien plus puissant se réalisant à l’intérieur du corps et de l’esprit de votre enfant.

La colère n’est que la fumée de l’incendie, les secousses qui annoncent l’éruption volcanique : un signe, un message, pas l’événement en lui-même. De la même façon qu’il ne sert à rien de chasser la fumée sans éteindre le feu, ce sont les causes de la colère qu’il faut débusquer et résoudre, bien plus que d’en maîtriser ses effets.

Cela ne veut pas dire que le parent doit se soumettre à des comportements inacceptables, mais qu’il doit, quelle que soit la contrariété que lui procure la colère de l’enfant, penser d’abord à la recherche des causes de cette colère. C’est ainsi qu’il éteindra celle-ci en même temps qu’il en maîtrisera les effets. Car si les effets sont pénibles pour les parents, les causes sont un défi pour le cerveau des enfants. Seul un apprentissage bienveillant leur permettra de relever correctement ce défi et de grandir pour acquérir un jour la sérénité et l’équilibre d’un adulte accompli.

La colère est donc d’abord un message qu’il convient d’écouter attentivement, afin de le décoder. Nous vous donnons ci-dessous quelques premières pistes pour y parvenir :

Entre 18 et 24 mois :

C’est la période du terrible two. C’est l’année de l’enfant terrible, la période du « non », des crises. L’enfant prend conscience du pouvoir qu’il a sur les autres, il copie, fait du mimétisme. Au-delà de ces attitudes, ce qu’il recherche en réalité, c’est un retour, un « oui » ou un « non », qui vont lui permettre de se différencier, de prendre encore plus conscience de son individualité.

Autour de 2 ans :

La période du terrible two passée, la colère est liée à un sentiment de frustration. Elle est le reflet d’un sentiment d’impuissance de la part du tout-petit qui ne parvient pas encore à identifier et exprimer ses émotions.

Vers 3 ans :

L'enfant est désormais capable de se faire comprendre par la parole. La colère lui permet de capter l’attention de ses parents. Sa maturité affective étant encore balbutiante, les colères lui permettent d’exprimer des émotions qu’il ne peut encore décrypter.

Entre 4 et 5 ans :

L’enfant sait qu'il se met en colère et arrive à mieux la contrôler. Les colères restent fréquentes après (tout comme pour l’adulte) mais dépendent davantage de la maturité et de la personnalité de l’enfant.

Pour mieux comprendre les colères de vos enfants, les prévenir et savoir comment réagir, nous vous conseillons le livre de Sandrine Dirani « Aider son enfant à surmonter ses colères » dans la collection Les ateliers pour grandir ensemble aux Editions Hatier (parution le 4 septembre).

Cet ouvrage vous donne tous les outils psychopédagogiques qui prennent en compte les émotions ressenties par votre enfant ainsi que les vôtres quand celui-ci fait une colère. Il propose des activités ludiques à faire en famille pour instaurer des moments de détente, de partage et de découvertes.

CET ARTICLE A ÉTÉ COÉCRIT AVEC - Sandrine DIRANI

Sandrine Dirani est la créatrice de Zeneduc, un site de coaching en ligne, par des experts certifiés, pour une parentalité bienveillante et une scolarité réussie.

Partager