Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !

Mentions légales

Vie quotidienne

La peur de l'échec : quel est le rôle du parent ?

6-10 ans
La peur de l'échec : quel est le rôle du parent ?

Si vous n’êtes pas positif et mettez de la pression à votre enfant pour qu’il soit parfait, votre enfant va avoir tendance à mesurer l’amour que vous lui portez en fonction des résultats qu’il aura.

Lui faire comprendre qu’il n’est pas parfait est essentiel. Après tout, l’êtes-vous vous-même, parfait(e) ? Non ? Alors pourquoi voudriez-vous que par je ne sais quel miracle votre enfant le soit ? Le problème n’est jamais l’échec, mais la répétition de celui-ci. Une mauvaise note ? Génial, c’est l’opportunité de faire mieux la prochaine fois. J’entends d’ici certain(e)s d’entre vous dire : « Si nous allons dans ce sens, notre enfant va finir par rentrer à la maison avec un grand sourire et nous dire : «Papa, maman, c’est génial, j’ai eu un zéro en maths !» ».

Le rôle du parent est de donner le sens de la progression. Nous le savons bien, parfois, nos enfants bloquent sur un apprentissage et se disent qu’ils sont nuls. Mais quand ils vous disent « je suis nul », le problème est que si vous entendez « je suis nul en math », votre enfant vous dit « je suis nul en tant que personne ». Pourquoi ? Parce qu’il/elle sait que vous serez déçu.

Franchement, un zéro en math, ce n’est pas la fin du monde, ni être recalé au bac. Il ne s’agit en aucune manière de devenir totalement laxiste en laissant faire ce que bon lui semble mais juste de lui faire comprendre qu’en tant que parent, vous acceptez ses échecs car c’est grâce à eux qu’il progressera. Plus un enfant aura cela marqué en lui, plus il osera essayer un grand nombre de choses. Si un enfant sait que s’il ne réussit pas, il se fera gronder par ses parents, très rapidement, il comprendra qu’il vaut mieux ne rien essayer de nouveau, de peur d’échouer… et de se faire gronder pour une nouvelle raison. En tant qu’adultes, nous fonctionnons exactement de la même manière.

Parlez de vos propres échecs

De temps en temps, parlez de vos échecs à vos enfants, de façon positive et naturelle. Ne prenez rien de traumatisant, bien sûr, des petits exemples, et riez-en pour bien montrer qu’un adulte aussi, ça peut se planter. Vous revenez d’un match de foot, racontez-lui comment vous avez raté un but totalement immanquable alors que si vous aviez marqué, vous auriez gagné le match. Adaptez l’exemple en fonction de l’âge, bien entendu, mais vous comprenez l’idée. Apprendre à rire de ses échecs, c’est apprendre à mieux les gérer, plutôt qu’à générer de la frustration. Il ne s’agit pas de faire preuve de légèreté ou de « je-m’en-foutisme », juste de relativiser et de faire comprendre et accepter que l’échec fait partie de la vie, que l’échec est quelque chose de normal.

Si vous, en tant qu’adulte, vous assumez pleinement et sereinement vos échecs et en parlez avec vos enfants, vous verrez que petit à petit, ils feront de même avec les leurs.

J’aime beaucoup cette citation de Winston Churchill : « Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » Cette citation résume parfaitement le sens de ce chapitre ; il n’existe absolument aucun succès sans aucun échec et aucun apprentissage sans erreur, jamais. De façon inconsciente, ou consciente pour certains, nous souhaitons que nos enfants soient brillants en tout. La réalité est toute autre et si nous ne leur apprenons pas à aimer leurs échecs, ils auront le sentiment de n’être que déception pour leurs parents. Franchement, quel parent pourrait souhaiter cela ? Avez-vous observé un jeune parent qui s’extasie devant les premiers pas de sa progéniture ? Ses premiers mots ? Forcément, il est incroyable, unique, brillant, différent.

Être parent, c’est accepter que notre enfant a le droit d’être quelconque, ou nul en quelque chose. Notre métier est de lui faire découvrir non pas forcément la chose dans laquelle il sera brillant, mais a minima la chose dans laquelle il s’épanouira.

Cet article vous a plu ? Apprenez à développer davantage votre optimisme grâce aux conseils de Gaël Chatelain-Berry :

CET ARTICLE A ÉTÉ ECRIT AVEC - Gaël CHATELAIN-BERRY

Conférencier, Gaël Chatelain-Berry parle de bien-être, de bienveillance et d'optimisme en entreprise.

Partager