card

Développement de l'enfant

La propreté : stimulez son autonomie

Pour préparer votre enfant à l’apprentissage de la propreté, incitez-le à être plus autonome en lui confiant des petites tâches dès le plus jeune âge pour l’aider à avoir des gestes de plus en plus assurés, le rendre fier, lui donner confiance en lui et lui donner envie d’apprendre de nouvelles choses. De votre côté, cela vous rendra plus confiants en ses capacités.

Apprenez-lui à prendre soin de lui 

Dans le cas qui nous préoccupe, celui de la propreté, vous avez tout intérêt à apprendre à votre enfant à prendre soin de lui le plus tôt possible. Il est d’ailleurs très probable que, malgré son jeune âge, il soit déjà en demande et veuille, par exemple, se laver ou s’habiller seul. C’est donc le moment d’en profiter : – laissez-le se laver seul en lui montrant comment faire (sur lui ou à l’aide d’une poupée) en restant, bien sûr, près de lui surtout s’il est dans une baignoire ; – apprenez-lui à se sécher convenablement et partout ! – apprenez-lui à se brosser les dents (là encore convenablement et partout) et à se rincer la bouche : 

  •  apprenez-lui à se coiffer ; 
  •  apprenez-lui à se laver correctement les mains et à bien les sécher pour que ce soit une habitude bien  ancrée quand il se débrouillera seul et/ou fera pipi debout, si c’est un garçon ;
  •  apprenez-lui à s’habiller en commençant par des choses simples comme mettre un jogging, un gilet, une écharpe, un manteau… 
  •  apprenez-lui à mettre ses chaussures seul et à reconnaître la gauche de la droite ;
  •  apprenez-lui à mettre ses affaires sales dans la panière prévue à cet effet (cela sera utile quand il y aura des « accidents »). 

Surtout, n’essayez pas de tout lui apprendre en même temps car cela risque de le submerger et donc d’avoir le résultat inverse que celui que vous souhaitez : dans le meilleur des cas un non-intérêt, dans le pire un blocage. Commencez par les tâches pour lesquelles il est motivé ou par celles qui vous paraissent importantes pour l’apprentissage de la propreté : se laver les mains, savoir baisser et remonter son pantalon, etc.
 

CONSEIL : 

Pour lui donner confiance en lui, faites également attention aux mots que vous employez quand vous lui parlez ou quand vous parlez de lui. En effet, les mots blessants ou des affirmations négatives, comme « Laisse-moi t’aider, tu ne vas pas y arriver » ou « Ce que tu es maladroit ! » peuvent être ravageurs pour un enfant, surtout si on les répète régulièrement. 
  

Confiez-lui des petites tâches à faire 

De nombreuses études récentes ont montré que les enfants à qui l’on confie des petites tâches ont non seulement une meilleure motricité que les autres, mais aussi plus d’assurance. De plus, cela leur donne l’habitude de persévérer et de demander de l’aide en cas de besoin, autant de qualités qui lui faciliteront l’apprentissage de la propreté. Alors n’hésitez pas, dès que possible, à lui demander de l’aide pour :
– ranger sa chambre ; 
– mettre la table ; 
– cuisiner (en touillant une préparation dans un bol, en lavant des légumes, en coupant du beurre mou avec un petit couteau à bout rond…) ; 
– plier les torchons ; 
– faire la poussière avec un plumeau ou un chiffon doux ; 
– remplir ou vider le lave-vaisselle en lui demandant de s’occuper de ce qui n’est pas fragile ou dangereux, etc

 

CONSEIL : 

Présentez-lui cela comme un jeu en lui montrant gentiment comment faire et en le guidant pas à pas avec patience et bienveillance, et acceptez le résultat tel qu’il est et non tel que vous le souhaitez, jusqu’à ce qu’il arrive à faire la tâche que vous lui avez confiée le mieux possible et seul. Cette démarche vous sera très utile pour l’apprentissage de la propreté.

 

Simplifiez-lui la vie

Avant de confier une tâche à votre enfant, essayez de vous mettre à sa place physiquement, c’est-à-dire d’observer son environnement de sa hauteur (quitte à vous accroupir) pour voir s’il peut facilement accéder aux objets dont il a besoin, repérer les éventuelles difficultés et arranger ce qui doit être arrangé. Ainsi il pourra faire ce que vous lui demandez sans se fatiguer, sans se décourager ou sans risquer de se blesser. Ceci fait, appelez votre enfant et expliquez-lui précisément ce qu’il doit faire en fragmentant, si nécessaire, la tâche en plusieurs étapes de la plus simple à la plus compliquée, pour la lui rendre accessible. Mieux, montrez-lui comment faire en le verbalisant. Par exemple, si vous voulez qu’il vous aide à ranger sa chambre, dites-lui : « Commence par mettre tes peluches sur ton lit ». Puis dites : « Donne-moi les livres pour que je les range sur leur étagère ». Ensuite dites : « Bon, il reste quoi ? Les figurines ! Viens, on va les remettre dans leur casier ». Et terminez par : « Pour finir, on va ranger toutes ces bricoles dans cette boîte ». Vérifiez ensuite qu’il a bien compris vos instructions en lui demandant de vous les répéter ou en le regardant faire pour voir comment il procède. Répétez-les-lui aussi souvent que nécessaire et attendez qu’il les ait assimilées et les applique au mieux avant de lui confier une autre tâche.

 

LE SAVIEZ-VOUS ? 

La mémorisation d’une information se fait en trois temps :

1) l’information arrive au cerveau,

2) celui-ci enregistre l’information,

3) il cherche et retrouve l’information dont il a besoin au bon moment. 

Expliquez-lui si besoin, la logique de certains gestes : « On range d’abord tes peluches pour faire de la place et y voir plus clair », « Il faut se laver les mains après être allé aux toilettes pour faire partir les microbes », « Tu ne peux pas mettre ce pull aujourd’hui parce qu’il fait trop chaud ».

Enfin, limitez la durée des tâches (quitte à mettre une alarme) pour motiver votre enfant et l’aider à se canaliser.
 

Encouragez-le et félicitez-le !

Pour progresser, il faut être motivé. Et pour être motivé, il faut être encouragé. Alors, commencez par lui présenter la tâche comme un petit jeu. Puis quand votre enfant essaie de la faire seul, encouragez-le de la voix et/ou du regard pour lui donner envie de persister malgré les nombreuses embûches qu’il va rencontrer sur le chemin de l’autonomie pour la propreté – et de l’autonomie en général. À chaque tentative, félicitez-le pour ses efforts même si le résultat est loin d’être parfait et rassurez-le en lui disant qu’il va finir par y arriver. L’important, c’est qu’il essaie. Et quand il accomplit enfin une tâche tout seul, complimentez-le car il n’y a rien de tel qu’un compliment fait au bon moment pour acquérir de l’assurance, donner envie de recommencer ou relever un nouveau défi. C’est un acte fort qui renforcera la confiance en soi de votre enfant mais aussi la confiance qu’il vous porte et sur laquelle il va pouvoir grandir et s’épanouir en toute sécurité. Enfin, en appliquant tous ces conseils, vous serez dans une démarche vertueuse et mettrez en place une méthodologie très utile et profitable à tous pour la suite. 

 

Cet article vous a plu ? Découvrez d'autres conseils dans le dernier livre de Frédérique Corre Montagu  :

La propreté - Pour en finir avec les couches !

Le livre du mois

Parents parfaits, un mythe toxique !

Parents parfaits, un mythe toxique, c'est un ouvrage d’utilité publique par Isabelle Tepper pour enfin s’octroyer le droit à être un parent imparfait et pleinement épanoui, loin des injonctions dominantes !

  • Une mise en perspective historique pour mieux comprendre l’évolution des injonctions autour de la parentalité
  • Des témoignages de parents
  • Des éclairages de professionnels du monde de l’enfance qui veulent changer la donne

Disponible en librairie ! 

En savoir plus
card

Vous souhaitez améliorer votre quotidien avec vos enfants ?

Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !