card

Développement de l'enfant

Les bonnes raisons d'intégrer nos réflexes archaïques

En pleine croissance, le système nerveux central fait preuve d’une grande plasticité cérébrale pour permettre à votre enfant de s’adapter efficacement à son environnement social et physique. La présence des réflexes primitifs est primordiale pour le développement des réseaux neurologiques. 

Mais si cette présence persiste, elle est aussi le signe d’une immaturité des acquisitions de base pouvant entraver la suite de ses apprentissages. Pour y accéder, nous mettons en place des schémas de compensation. C’est bien plus tard que nous prenons conscience de la mise en place de ces schémas, en mobilisant la ressource la plus mature et qui n’est pas forcément adaptée au niveau exigé. Penchons-nous à présent sur le cycle des réflexes archaïques pour expliquer leurs enjeux à chaque étape de notre développement. Autant de bonnes raisons pour vous permettre d’interagir avec votre enfant ou vous-même!

Notre programme inné et génétique : les trois grandes étapes de notre développement

1.    In utero *

Très rapidement, les premiers réflexes du fœtus émergent, dès le 1er trimestre de grossesse. Leur bonne intégration est liée en partie aux stimulations reçues pendant la grossesse. Ces premières stimulations sont vestibulaires (équilibre), proprioceptives (conscience du corps dans l’espace) et tactiles. Une bonne mobilité et un bon mental de la maman contribuent fortement à l’entretien et l’exploration des réflexes. 

Le premier est le réflexe de Moro à 2 mois, suivi des réflexes qui vont jouer un rôle actif dans la naissance, tels que les réflexes : 

• Tonique Asymétrique du Cou (RTAC), 

• Spinal de Galant, 

• Tonique Labyrinthique (RTL) 

Entre autres, et que vous découvrirez en détail dans la deuxième partie du livre. Stimulés à chaque contraction, ils aident le bébé à se tourner, se fléchir puis se défléchir par des mouvements de rotation de hanche, d’épaule et de tête pour glisser dans le canal de naissance.

2.    Au cours de la naissance 

La naissance est un moment essentiel dans l’activation des réflexes archaïques chez le bébé. Permettre à la maman d’être actrice de son projet de naissance afin d’avoir un accouchement le plus physiologique possible, favorise cette activation. Les accouchements programmés pour des raisons médicales évidentes, trop rapides, trop lents, les césariennes, les forceps rendent plus difficiles l’activation et l’intégration de certains réflexes chez le nouveau-né. 

À la naissance, certains réflexes apparus avant vont s’inhiber pendant que d’autres vont faire leur apparition. In utero, le bébé évolue dans un environnement douillet et va bientôt découvrir les nouvelles conditions de vie telles que respirer, réguler sa température, passer d’un milieu aqueux à un milieu gravitationnel, être acteur de son alimentation. Des réflexes sont donc présents pour la survie de bébé. 

• Le réflexe de Moro est là pour lui permettre de prendre sa première inspiration, 

• le réflexe de Reptation pour ramper sur le ventre de maman et aller téter grâce aux réflexes de fouissement et de succion.

3.    Jusqu’à 3 ans environ 

De 0 à 3 ans, le bébé absorbe tout ce qui l’entoure. Cet état mental lui permet d’assimiler ses expériences et de les construire en les intégrant. Ce sont des étapes importantes qui se suivent, sachant que chacune est préparée par la précédente. Le bébé se prépare à la conquête de l’espace qui l’environne et passe par 3 niveaux d’évolution motrice : 

La phase statique 0-4 mois: les premiers réflexes archaïques s’activent, le bébé tète (réflexe de Succion), serre sa main très fort (réflexe d’Agrippement et de Babkin), marche quand on le tient debout (réflexe de Marche automatique). Petit à petit, il tourne la tête pour suivre un objet (réflexe Tonique Asymétrique du Cou) et agite ses mains et jambes (réflexe du Parachute). Les muscles de sa nuque et de son cou se raffermissent et il tient sa tête pendant de longs moments (réflexe Tonique Labyrinthique). Il commence à rouler (réflexe de Retournement segmentaire et abdominal) pour essayer de passer sur le dos ou sur le ventre (réflexe de Landau). Ses mains le fascinent et il adore sucer ses doigts.

La phase dynamique à partir de 4 mois : c’est environ 20 semaines après la naissance que vont apparaître les réflexes posturaux qui marquent la transition avec les réflexes primitifs. Ils sont le signe d’une bonne maturité du système nerveux central. Le nourrisson coordonne de mieux en mieux ses mouvements. Il tient sa tête droite sans soutien, la soulève ainsi que ses épaules. Vers 6 mois il se prépare à ramper (réflexe de Reptation) ou à faire du quatre-pattes (réflexe Tonique Symétrique du Cou - RTSC). Vers 7 mois, il tient assis sans aide. Avec ses mains, il découvre ses pieds, ses cheveux, ses organes génitaux et aime jouer avec ses orteils. 

Tout au long de ces étapes de développement, le sens visuel mature. Les compétences d’accommodation visuelle, de fixation, de saccades oculaires sont sérieusement entraînées. Elles joueront un rôle important dans les apprentissages volontaires tels que la lecture et l’écriture. En parallèle, le bébé rentre dans la phase orale et porte à la bouche tout ce qu’il attrape. Il tend les bras pour qu’on le prenne. Il commence vraiment à se déplacer (rampé, quatre-pattes), ensuite à se tenir debout seul avec ses bras pour garder l’équilibre (réflexe d’Équilibre). 

La phase de la verticalité à partir de 12 mois: le jeune enfant se tient debout seul et fait ses premiers pas en recherche de stabilité (réflexe d’Équilibre). La marche acquise, il commence à courir, à monter les escaliers, à grimper et à sauter. 
Tout ce qui gêne les mouvements ou l’ordre naturel du développement (torticolis congénital, asymétrie, jambes trop écartées, tensions, matériel non adapté, gestes précipités…) peut modifier ces phases d’expérimentation et empêcher l’intégration des réflexes archaïques. Les études convergent pour affirmer l’importance de la qualité du développement moteur au moment où les connexions nerveuses se mettent en place (plasticité cérébrale). Certains circuits ne seront pas installés et il est important de donner la possibilité d’effectuer le maximum d’expériences à ce moment-là. 
Nous comprenons pourquoi le bébé passe autant de temps à dormir et à manger. Chaque petit exercice lui demande beaucoup d’énergie. Finalement, il n’est pas aussi passif que nous pouvons le penser. La répétition de chaque mouvement réflexe va lui permettre d’acquérir une motricité volontaire conduisant à des gestes fluides, et passer les étapes de son développement de plus en plus complexe.
 

Cet article vous a plu ? Découvrez d'autres activités et conseils dans le dernier livre d'Anne de Saint Vaulry, disponible en librairie :

Les réflexes archaïques : 8 séances pour stimuler et renforcer le potentiel de votre enfant

Feuilleter le livre : https://www.editions-hatier.fr/flip/flex/97824010837210?token=55905b81b… 

Le livre du mois

Parents parfaits, un mythe toxique !

Parents parfaits, un mythe toxique, c'est un ouvrage d’utilité publique par Isabelle Tepper pour enfin s’octroyer le droit à être un parent imparfait et pleinement épanoui, loin des injonctions dominantes !

  • Une mise en perspective historique pour mieux comprendre l’évolution des injonctions autour de la parentalité
  • Des témoignages de parents
  • Des éclairages de professionnels du monde de l’enfance qui veulent changer la donne

Disponible en librairie ! 

En savoir plus
card

Vous souhaitez améliorer votre quotidien avec vos enfants ?

Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !