card

Développement de l'enfant

Accompagner son enfant dans l’adolescence dès 10 ans

Vous aviez trouvé un équilibre, et voilà que l'adolescence s'invite sans crier gare dans votre quotidien jusqu'alors bien réglé ! L'adolescence, même sans crise, est une période charnière chez l'enfant qui pour s’émanciper et se construire en tant que futur adulte doit investir affectivement d'autres personnes que celles de son groupe familial. 

Pour cela il va chercher à intégrer d'autres cellules, d'autres groupes, avec des codes spécifiques qu'il cherchera à adopter non seulement pour s’intégrer mais aussi afin de se différencier de ses parents. Votre ado devient ermite, s'enferme dans sa chambre, les amis prennent de plus en plus de place dans sa vie... et les frères et sœurs cadets un peu moins !

Votre aîné entre dans l'adolescence

Expliquez au(x) plus jeune(s) ce qu’il se passe pour votre ainé reste la meilleure façon de gérer cette délicate période. 

Le conflit : quel impact pour les plus jeunes ? 
 

Bien souvent et dans un contexte classique d'émancipation, votre adolescent par son discours et son comportement va vous remettre en question. Il ne respecte pas les règles, les questionne et les disputes éclatent plus que de raison !
Tout cela peut être fort impressionnant pour un plus jeune, qui lui ne comprend pas forcément pourquoi son ainé vous attaque systématiquement et se renferme. Autant que faire se peut, tentez de limiter les conflits à des temps où votre cadet s'absente. Lorsqu'il est présent et spectateur, reprenez toujours avec lui ce qu'il s'est passé dans l'après-coup. Rappelez-lui qu'il n'a pas à prendre parti, que ce sont des discussions qui habituellement ne le regarderaient pas et que vous êtes désolés qu'il ait dû en être témoin. Remettre des mots sur une situation où la violence a pris le dessus est un excellent moyen de désamorcer les peurs et angoisses qui peuvent en découler, Si cela est possible, impliquez votre ainé dans cette discussion afin qu'il se rende aussi compte de l'impact que ces situations peuvent avoir sur un plus jeune. 

Votre aîné s'isole du reste de la famille, comment maintenir l'union familiale ?

- Des repas pris ensemble permettent d'instaurer un rituel indispensable au moment de l'adolescence afin de maintenir l'unité familiale qu'ils s'escriment à attaquer. Le repas doit rester un moment de vivre-ensemble dans lequel chacun parle de sa journée et a le droit d'être écouté. 

- Aidez vos enfants à entretenir le lien fraternel en continuant de proposer des activités pour toute la famille. Réfléchir tous ensemble à une activité pouvant plaire au plus grand nombre (sorties au parc, au musée, en forêt, à la piscine) est déjà l'occasion de se réunir et d'échanger autour des envies et plaisirs de chacun. 

- Responsabilisez votre aîné : il est important de rappeler à votre ainé qu'il vit au sein d'une communauté, et que son comportement peut avoir un impact sur les autres personnes qui vivent avec lui. Vous, ses parents, mais aussi ses frères et sœurs. Sans le culpabiliser, rappelez-lui que chaque action a des conséquences et que de fait son comportement peut avoir un impact sur les plus jeunes. Sensibilisez-le au phénomène de reproduction des comportements à risque. On se met généralement à fumer car quelqu'un dans notre entourage la fait avant... C'est valable pour lui, et cela l'est donc aussi pour sa fratrie. Il ne s'agit pas ici de lui dire de montrer le bon exemple mais de lui rappeler qu'il en est un malgré lui et que ses choix peuvent affecter les plus jeunes. 

 

La puberté entre petits et grands

Expliquez la pudeur aux plus jeunes

Il n'est pas toujours évident pour les plus jeunes de comprendre la soudaine pudeur d'un ainé. Pas de panique, c'est une formidable occasion pour vous d'engager une discussion avec lui et de le préparer à ce qui l'attendra plus tard. Voici un exemple de ce que vous pouvez lui dire : « Lorsqu’on atteint un certain âge, comme ton frère/ta sœur et toi dans quelques années, on arrive à l'adolescence. Le corps se développe et change on n’a plus les mêmes envies qu’avant, on appelle cela la puberté. Ton frère/ta sœur doit s'adapter à toutes ces transformations et a besoin de temps pour se redécouvrir. Notre rôle a nous c'est de l'accompagner à distante, en respectant son besoin d'indépendance. Tu verras que tu seras heureux qu'on en fasse de même pour toi lorsque cela t’arrivera ! »

Apprenez-leur à respecter une porte fermée

C'est un fait, votre ainé va avoir besoin de plus d'intimité. Il passe du temps au téléphone, sur les réseaux... et passe de plus en plus de temps avec la porte fermée ! Oui mais voilà, lorsqu'ils partagent une chambre, comment faire pour lui autoriser des temps en solo, sans que le cadet ne se retrouve constamment mis à la porte ?

Les feux de circulation : proposez-leur à tous les deux de bénéficier une fois par jour de leur chambre pour eux tout seul. Lorsque l'un est dans la chambre et qu'il souhaite qu'on le laisse tranquille, il place sur la porte un feu rouge. Lorsque ce temps est terminé, il place un feu vert. Libre à vous de fixer en amont des temps dédiés, afin que votre ainé n'en profite pas pour monopoliser la chambre 3 heures d'affilée ! Bien souvent c'est une solution prise d'assaut par les ados... Et pas tant par les plus jeunes, qui trouvent bien ennuyeux de se retrouver seul, à l'intérieur ou en dehors de leur chambre Profitez-en pour leur proposer un temps privilégié avec vous !

Votre aîné prend un rôle de parent avec les plus petits

En recherche d'une nouvelle place suite à celle qu’il doit laisser derrière lui, vous voyez votre aîné devenir directif et imposer des règles à son cadet. Il joue le rôle de parent. Cela se voit d'autant plus dans les familles monoparentales au lors de séparations conflictuelles ou l'un des parents se montre démissionnaire de ses fonctions éducatives. 

Rappelez-lui (et rappelez-vous) qu'il reste votre enfant

Parfois et d'autant plus lorsque I’on est un parent seul, on a tendance à se reposer sur son aîné en lui déléguant des tâches ou des responsabilités qui ne lui incombent pas toujours. C'est normal, mais tâchez autant que possible de lui faire entendre que si vous le responsabilisez c'est dans un but éducatif, afin qu'il acquière plus d'autonomie, et non car vous en avez besoin.

Encouragez son besoin de responsabilités en lui proposant des activités à faire avec son cadet

Vous lui témoignerez ainsi toute votre confiance et encouragerez une émulation positive entre eux ! Attention il ne s'agit pas de demander au grand d'amener le petit à ses activités du mercredi. Il peut en revanche lui proposer d'aller au cinéma, au fast-food, de faire du sport ou une ballade.
L'important est qu'il s'agisse d'une sortie où ils pourront passer du temps ensemble. Votre cadet sera ravi de cette occasion supplémentaire de bénéficier d'un temps privilégié avec son ainé, qui lui se rengorgera de la confiance que vous placez en lui. C'est lui dire : « Tu es l'ainé(e) je te fais donc
confiance pour prendre soin de ton frère/ta sœur lorsque vous faites une sortie commune, mais c’est à nous parents qu'il revient la tâche d'éduquer».

 

CONCLUSION

Voilà, vous avez désormais les 10 clés pour aider vos enfants à s'épanouir et bien grandir au sein de leur fratrie. Ce guide est un appui. Il vous donne quelques pistes de réflexions quant à votre histoire et l'impact que celle-ci peut avoir sur les stratégies éducatives que vous mettez en place. Il vous apporte aussi quelques données supplémentaires sur le développement de l'enfant et des solutions concrètes à mettre en place. Mais il ne remplace en rien vos compétences de parents. N’oubliez pas que le plus important reste d'avoir confiance en vous. Confiance en ce que vous savez mais aussi confiance en ce que vous ne savez pas ! Trop souvent, au sein de mon cabinet je reçois des parents paralysés par la peur de malfaire, de n'être « pas suffisamment bon ». Demander de l'aide à des professionnels ou à des proches, se documenter, souffler aussi de temps en temps et prendre du temps pour soi… tout cela demande du courage !
Il est nécessaire de prendre conscience et d'accepter le fait qu'en tant que parents, nous sommes faillibles nous ne pouvons et ne devons pas être tout pour nos enfants.

Le livre du mois

La bienveillance, ça marche !

Laurence Dudek, psychothérapeute et psychopédagogue, créatrice de la méthode Éducation Efficace, nous livre plus de 60 témoignages et questions de ses lecteurs en y apportant ses éclairages et ses conseils basés sur les 10 clés de sa méthode.

  • 63 questions-réponses organisées en 8 thématiques : les relations familiales, le quotidien des parents, faire garder son tout-petit, l’école et la vie sociale, les comportements problématiques, les questions existentielles, protéger les enfants de la violence extérieure, l’adolescence.
  • Les 10 clés de la méthode Éducation Efficace, exposées de manière succincte et précise pour permettre à chacun d’expérimenter cette méthode éducative d’excellence, basée sur la bienveillance éducative.

Parution le 25 août 2021

En savoir plus
card

Vous souhaitez améliorer votre quotidien avec vos enfants ?

Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !