card

Vie quotidienne

Les écrans, amis ou ennemis de l'enfance ? Comment déterminer la limitation du temps d'écran.

Les temps donnés ci-dessous sont repris des recommandations des sociétés de pédiatrie américaines et canadiennes qui travaillent depuis près de 20 ans sur le sujet. Nos recommandations ici !

Dans le chapitre "À chaque âge une durée maximale conseillée" de l'ouvrage "10 clés - Les écrans" du Dr Sylvie Dieu Osika, pédiatre experte des écrans, est abordée le questionnement autour de la bonne limitation du temps d'écran : combien de temps pour un enfant de 5 ans ? Comment expliquer cela à mon enfant ? Toutes vos réponses dans cet ouvrage !

 

À chaque âge, une durée maximale conseillée.

 

On assiste aujourd’hui à de nombreuses discussions concernant ce temps d’écran maximal. Certains prônent un accompagnement simple des écrans sans limite de temps. Ils défendent une optique plus pédagogique et éducative d’autolimitation. Ceci peut sembler séduisant, mais aucune étude sur le sujet n’a démontré l’efficacité d’une telle stratégie.
Les études menées en vie réelle montrent que les écrans sont utilisés de plus en plus tôt, de plus en plus longtemps, sans aucun contrôle dans la majorité des cas. Nous sommes pour une utilisation raisonnée des écrans dans un cadre qui protège les plus petits et les enfants les plus vulnérables. Ce cadre est précisément ce temps maximal d’écran.

Avant 2 ans :

Pas d’écran avant 2 ans. Cependant, regarder des photos de la famille sur une tablette ou utiliser Skype® pour faire un petit coucou à Papa parti en déplacement est possible, bien sûr… Regarder une comptine de quelques minutes avec votre enfant sur vos genoux n’est pas un problème, mais pas plus d’une fois par jour… En effet, ces petits scénarios sont très addictifs. Contrairement à ce que l’on croit souvent, les enfants n’apprennent rien devant un écran, car ils n’ont pas encore la faculté de comprendre ce qu’ils regardent et surtout de faire le lien avec la réalité qui les entoure. On appelle ce phénomène « le déficit vidéo ». Votre enfant ne prend donc aucun retard si vous ne le mettez pas devant des applications dites « éducatives », comme le conseillent certains fabricants…
Et surtout, ne pensez pas, si votre langue maternelle n’est pas le français, qu’il va apprendre cette langue en restant devant la télévision ; c’est tout le contraire ! Pour apprendre, votre enfant a besoin des interactions en trois dimensions avec une autre personne : vous ne pourrez trouver rien de tout cela sur un écran… Cependant, jouer, encastrer, monter et démonter sont des activités bien plus difficiles et bien plus variées.

Échangez surtout dans votre langue et amenez-le à côtoyer d’autres enfants plus grands qui parlent votre langue. Il apprendra beaucoup plus au square avec les copains que devant un écran. Il faut être vigilant, car certains enfants très jeunes (notamment les garçons) vont être captés par l’écran et s’en saisir de plus en plus. Disciplinez-vous ! N’utilisez pas votre portable quand vous êtes avec votre petit enfant, surtout si vous ne le voyez que quelques heures par jour. Si vous le gardez toute la journée, sortez vous balader souvent dans les squares et les parcs, allez dans les relais d’assistantes maternelles, dans les maisons des parents et n’utilisez vos écrans que lorsqu’il dort.

 

Entre 2 et 4 ans :

Au mieux, la durée d’exposition ne doit pas dépasser les 30 minutes (avant 3 ans notamment) par jour et au maximum 1 heure par jour, de préférence accompagné (ce qui est très différent que d’être seul devant l’écran). Il est préférable de prévoir des temps courts de 10-15 minutes, avec des moments sans écran, comme nous l’indiquons ensuite (le matin, aux repas, le soir, après certaines activités et pas avant…).activités et pas avant…).

Passez d’une activité à une autre : « Tu regardes la comptine que tu aimes bien (10 minutes), puis tu joues à la dînette pour me faire à manger ! » Si c’est le « bazar » à la maison, ce n’est pas très grave : on peut faire atelier rangement ensuite, et on finit si besoin par un jeu ou une vidéo sur l’écran, si ça lui fait plaisir…

 

Entre 4 et 6 ans :

On peut essayer de se limiter à 1 heure par jour en moyenne : mais il est possible un jour d’aller jusqu’à 1 h 30 – pour regarder un film, par exemple – et rester à 30 minutes le lendemain. De la même façon, 30 minutes d’un épisode de C’est pas sorcier sur le système solaire regardées ensemble ne doivent pas compter comme les mêmes 30 minutes d’un manga de super-héros. Vous avez sans doute cerné sa personnalité et son goût important ou pas pour les écrans. Tenez-en compte ! Pour ceux qui semblent très dépendants, sortez, baladez-vous.

Les activités extérieures sont essentielles, car votre enfant a besoin de se dépenser. Sortir chaque jour peut vous aider à éviter l’enfermement chez soi devant les écrans (c’est le cas de le dire !). De plus, les journées d’école sont longues et fatigantes, notamment en moyenne section (où la sieste a disparu). Les seuls moments où vous pouvez échanger avec votre enfant sont le matin et le soir. L’écran nuira à ces instants. Mieux vaut peu utiliser l’écran la semaine (15-20 minutes), éventuellement à la sortie de l’école, et réserver le temps supplémentaire d’écran pour le week-end. Il n’est pas conseillé d’introduire les jeux numériques : ils accapareraient toute son attention aux dépens de ses autres activités, même s’il vous dit que les autres enfants de son âge ont ces jeux !

 

Entre 6 et 8 ans :

L’idéal serait de ne pas dépasser 1 heure par jour. Pour certains enfants très accros, on peut ajouter des temps de récompenses de 10-15 minutes par exemple pour des tâches ménagères convenues à l’avance (mettre la table, débarrasser, ranger sa chambre…). Les enfants qui ont une console seront souvent très motivés, mais les temps doivent être bien respectés. Et pour cela, mettre le minuteur de votre portable avec une sonnerie est un indispensable. Le temps passe si vite devant Mario ! Les enfants ont besoin de constance. C’est parfois difficile (le soir, on est fatigué), mais il faut tenir bon… C’est 10 minutes et pas plus, par exemple.
Comme aide-mémoire, pour se repérer, on compte un temps d’écran par semaine équivalent au nombre d’années : soit 7 heures par semaine à 7 ans, 8 heures par semaine à 8 ans… On rappelle que l’activité écran n’est pas obligatoire et mieux vaut passer du temps à la sortie de l’école à l’extérieur, en allant faire une course ou en faisant un détour par le parc, que de se retrouver à tourner en rond dans la maison avec la tentation des écrans.

 

Entre 8 et 10 ans :

Le temps passé tous écrans confondu est de 1 heure à 1 heure 30 par jour, sans empiéter sur son activité physique, sa scolarité, son sommeil… L’accès Internet doit être encadré ; ses recherches doivent être accompagnées. Vous devez toujours être près de lui, même si un contrôle parental est installé. Là aussi, on peut mettre en place des récompenses, si cela lui tient à coeur.

 

10 ans et plus : 

À l’adolescence, la plupart des enfants ont un téléphone et/ou une tablette. Il faut mettre en place un contrat de confiance avec le plus souvent des « alliés » (contrôle parental, application limitant les temps d’écran…). N’hésitez pas à faire des piqûres de rappel et à réaffirmer que vous êtes le vrai propriétaire du téléphone ou du jeu (tout au moins, vous payez le forfait, n’est-ce pas ?) et que c’est donc vous, parent, qui donnez le mode d’emploi.
Votre enfant a besoin de limites précises. À cette période de sa vie, et c’est bien normal, il fera tout pour les contourner. C’est un peu la règle du jeu. Il faut tenir bon, répéter, ne pas fléchir… Prenez le temps, lors d’un moment calme, de lui exposer vos priorités : les activités scolaires (les devoirs avant les écrans), les activités extrascolaires indispensables (sport, musique…), les repas, le sommeil…

 

 

Cet article vous a plu ? Découvrez d'autres activités et conseils dans  "10 clés - Les écrans"  du Dr Sylvie Dieu Osika, pédiatre experte des écrans :

 

 

couverture "10 clés - les écrans"

Cliquez ici pour feuilleter le livre !

L'ouvrage est disponible en ligne.

CET ARTICLE A ETE ECRIT PAR - Sylvie DIEU OSIKA

Le Docteur Sylvie Dieu Osika a été interne et chef de clinique des hôpitaux de Paris en pédiatrie pendant 10 ans.

Le livre du mois

Vous, Parents

Vous Parents, c'est un ouvrage d’utilité publique par le Dr Arnault Pfersdorff pour enfin partir du parent et non de l’enfant, car être parent, c’est conjuguer le quotidien familial, intime, professionnel, scolaire, toutes ces sphères qui gravitent autour du maillon parent-enfant.

  • 76 questions réparties autour des thématiques essentielles du quotidien  : nos questionnements les plus intimes sur notre posture de parent, le couple, les grands-parents, les relations familiales, les amis, le monde médical, les intervenants de la petite enfance et de la scolarité jusqu’au lycée.
  • Une approche sincère qui aborde les sujets les plus délicats sans tabou, de manière bienveillante et complète  : chacun y trouvera les réponses à ses difficultés.
  • Un traitement efficace qui permet une lecture agréable grâce à un texte aéré par des intertitres, des exergues et des mini-sommaires.

Disponible en librairie ! 

En savoir plus
card

Vous souhaitez améliorer votre quotidien avec vos enfants ?

Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !