Toutes nos bonnes astuces dans votre messagerie. Inscrivez-vous !

Mentions légales

Développement de l'enfant

Stéréotypes de genre : montrez l'exemple à vos enfants

3-6 ans
Stéréotypes de genre : montrez l'exemple à vos enfants

S’engager dans une démarche d’accompagnement non genré de l’enfant c’est aussi s’attendre à des remarques de l’entourage, plus ou moins proche. 

Répondre ou tenter de convaincre peut être réellement épuisant et énergivore… mais ne rien dire c’est, quelque part, laisser ces stéréotypes faire leur vie.

La chercheuse Marie Duru-Bellat nomme cela le « sexisme par abstention ». Cela veut dire que sans action volontaire auprès des autres, la norme à laquelle on s’oppose se reproduit inexorablement. Mais il est important aussi d’avoir à l’esprit que l’indulgence est de mise. Chacun n’en n’est pas au même point sur le chemin de l’égalité, et les personnes qui véhiculent les clichés sexistes et les verbalisent devant l’enfant n’ont pas d’intention volontairement malveillante.

Si vous choisissez d’entrer frontalement et violemment en conflit avec votre interlocuteur, il y a peu de chance que la discussion aboutisse positivement.

S'adresser directement à l'enfant

L’une des clés est de toujours se placer du point de vue de l’enfant, et éventuellement de s’adresser à lui en guise de réponse à une remarque sexiste.

S’adresser à l’enfant est une façon de communiquer. En voici trois raisons principales:

  • Cela permet de se reconnecter à l’enfant, qu’il se sente entendu, compris, soutenu
  • Cela vous permet de vous faire entendre dans vos choix, sans forcément risquer d’entrer en conflit avec quelqu’un qui ne partagerait pas cette vision des choses
  • Enfin, cela permet à l’interlocuteur de se voir délivrer un message indirect.

A la maison

Parlons d’un sujet qui fâche. On a beau être sensibilisé aux stéréotypes de genre, la réalité du terrain à la maison nous rattrape un peu.

Connaître la théorie c’est bien. Faire de son mieux, c’est encore mieux. Mais finalement, l’exemple de la répartition des tâches domestiques (le ménage, le linge, les courses, l'instruction au enfants, le soin des animaux...) vient parfois mettre à mal tout cela.

Il faut se rendre à l’évidence que le travail domestique est « sexué » (François Fatoux, Et si on en finissait avec la ménagère). D’autant plus qu’aux charges ménagères visibles s’ajoute la fameuse « charge mentale ».

Quand Mère Teresa disait que « la paix du monde commence à la maison » on peut dire aussi que « les stéréotypes de genre commencent à la maison ». Car c’est un fait, la répartition du travail domestique n’est pas égalitaire (travail ménager et tâches parentales).

La question est finalement la suivante : comment éloigner nos enfants de clichés de genre lorsque nous-mêmes ne sommes pas exemplaires dans notre quotidien ? Ce sera à chacun de trouver sa réponse. Indéniablement, les premières pistes à examiner pourront être les suivantes :

  • revoir son organisation familiale en y allant petit à petit (mettre en lumière ces inégalités, tenter un rééquilibrage)
  • impliquer les enfants dans les tâches ménagères
  • verbaliser tout cela auprès des enfants (selon leur âge ils sont tout à fait à même de comprendre que nous avons parfois nos propres contradictions).

L’objectif n’est pas de peindre un portrait noir mais de faire une présentation la plus objective possible. Il est donc bienvenu de souligner que, de nos jours, les foyers tendent à œuvrer vers un partage plus égalitaire des tâches. Parentalité devrait rimer avec égalité !

Pour en savoir plus sur le sujet, découvrez le dernier ouvrage de l'auteure Soline Bourdeverre-Veyssiere à paraître le 3 mars 2021 !

 

CET ARTICLE A ETE ECRIT PAR - Soline BOURDEVERRE-VEYSSIERE

Soline Bourdeverre-Veyssiere est enseignante, maman de deux enfants et autrice du blog « S’éveiller et s épanouir de manière raisonnée » suivi par plus de 200 000 personnes. Hypersensible et passionnée, elle partage ses découvertes, expériences et apprentissages en matière d’accompagnement respectueux de l’enfant.

Partager